Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

    

Pourquoi juillet et août ont-ils 31 jours ?

 

 

 

Eh non, ce n'est pas pour que juilletistes et aoûtiens aient le même nombre de jours de vacances...

Notre calendrier actuel est grégorien. Il apparut en réforme du calendrier julien, qui lui-même est une réforme du calendrier romain… Vous connaissez la suite ?

 

Origine de nos divisions

Les 24 heures sont héritées de l'Egypte ancienne, où la nuit était divisée en 12 décans, ainsi que le jour pour des raisons de symétrie. Nos 60 secondes et nos 60 minutes sont héritées du système sexagésimal utilisé par les babyloniens, en grande partie par le fait que 60 possède un grand nombre de diviseurs entiers - ce qui simplifie considérablement les calculs astronomiques.

Chez ces derniers, une année de 360 jours répartis en 12 mois lunaires de 30 jours. Cette schématisation superpose les cycles naturels au système numérique sexagésimal de leurs savants. D'un jour à l'autre, l'observateur voit, au coucher du soleil, la voûte stellaire tourner de 1/360 de la circonférence céleste, et la lune se déplacer de 12/360. Le jour est ainsi découpé en 12 DANNA (2 heures actuelles). La mesure angulaire, nos 360 degrés, est créée.
Chaque DANNA, la Lune, dont le mouvement apparent est celui de la rotation terrestre, se déplace de 30°(360/30=12). Les Babyloniens subdivisaient donc le DANNA en 30 USH, donnant au cycle journalier la valeur de 360 USH (1 ush = 4 minutes). Le USH était alors divisé dans l'unité sexagésimale inférieure, le NINDAN (4 secondes).
En 30 jours ou 360 DANNA, la lune aura achevé sa rotation autour de la Terre. L'heure DANNA était donc l'unité du cycle mensuel ou lunaire.

 


Le calendrier romain, en vigueur jusqu'à 45 av. JC, était composé comme suit :

  • Martius, (mars) : 31 jours, nommé ainsi en l'honneur du dieu romain Mars
  • Aprilis (avril) : 30 jours, dédié à la déesse grecque Aphrodite, et désignant l'ouverture de l'année
  • Maius (mai) : 31 jours, en l'honneur de Maia, une très ancienne déesse romaine, souvent désignée comme la compagne de Vulcain
  • Iunius (juin) : 30 jours, en l'honneur de la déesse romaine Junon
  • Quintilis (juillet) : 31 jours, de « quintus » comme le cinquième mois
  • Sextilis (août) : 30 jours, « sexitilis » car il s'agit du sixième mois
  • September (septembre, le septième) : 30 jours
  • October (octobre, le huitième) : 31 jours
  • November (novembre, le neuvième) : 30 jours
  • December (décembre, le dixième) : 30 jours

Comme vous pouvez le voir, il manque deux mois, soit environs 61 jours… Cela s'explique quand même un peu : sans rentrer dans les détails, ces jours « de marges » permettaient de réajuster le calendrier selon les lunaisons (car ce calendrier était basé sur la lune), et en Hiver, on arrêtait de compter les jours (d'un côté, ce n'est pas bête ! ).

 

Les « années bissextiles »
Mais arriva Jules César… Afin d'éviter un décalage des saisons, il indexa le calendrier sur le Soleil, sur le conseil d'un astronome grec, Sosigène d'Alexandrie. Ils décidèrent que l'année civile comporterait 365 jours. Or, l'année solaire dure 365,25 jours (pensaient-ils à l'époque - en réalité, l'année tropique comporte 365,2422 jours). Il fallait donc palier ce retard sur ce calendrier solaire (365 contre 365,25).

Ainsi, il fut décidé que « les années dont le millésime serait divisible par quatre compteraient 366 jours au lieu de 365 - seules exceptions, les années divisibles par 100 mais pas par 400, qui ne sont pas bissextiles. Dès lors, tous les quatre ans, on répéterait le sixième jour avant les calendes de mars, appelé “ Sextus ante Kalendas Martias ”. Le jour ajouté fut alors baptisé “ bis sextus ante Kalendas ”. C'est de là que provient le terme “année bissextile”.

Concrètement, pour Jules César, une année comporterait 12 mois alternant successivement 31 et 30 jours. On retire 1 jour à février (dernier mois d'hiver) pour obtenir un compte de 365 jours (sauf année bissextile).

On avait ainsi le mois Quintilis qui comportait 31 jours, et le mois Sextilis 30 jours.

Or, tout le monde connait l'égo démesuré de Jules César. Ainsi, en son honneur, on décida de donner le nom de Jules César à un mois de l'année. Mais il était totalement impossible de toucher à Januarius (en l'honneur de Janus, dieux à 2 visages des portes, des commencements, de la paix), Februarius (en l'honneur de Februa, dieu de la mort et de la purification), Martius, Aprilis, Mayus et Iunuis qui portaient déjà le nom de divinité. Ainsi, ce fut le mois juste après ceux des dieux, Quintilis, que l'on baptisa Julius, comme Jules César, qui deviendra plus tard le Juillet que l'on connaît.
Jusque là, nous avons toujours des mois qui alternent régulièrement 31 et 30 jours (Julius en comportant 31 et, celui d'après, Sextilis 30).

 

Un problème d'égo
Cependant, la réforme des années bissextiles imposée par César fut mal appliquée, car mal-comprise. En effet, on rajoutait un 366e jour tout les 3 ans, au lieu de 4. Il fallu donc une nouvelle réforme pour rectifier ce calendrier décalé.

Ce fut l'un des successeurs de Jules César à la tête de l'Empire Romain qui fut à l'origine d'une réforme du calendrier Julien : Auguste. En son honneur, le sénat décida de donner le nom d'Auguste à l'un des mois de l'année, comme ce fut le cas pour Jules.

Ces sénateurs décidèrent donc de renommer le mois juste après Julius (celui de Jules). Ainsi, Sextilis devint Augustus (que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d'Août).

Mais cela posa un gros problème d'égo à Auguste ! En effet, Augustus ne comportait que 30 jours ! Rendez-vous compte, un jour de moins que le mois de Jules César ! ! Sans attendre, les sénateurs rajoutèrent un jour à Augustus et en retirèrent un au dernier mois d'hiver.