Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

 

    

Les énergie fossiles s'épuisent...

 

 

 

En état d’équilibre, les systèmes thermodynamiques homogènes sont caractérisés par des variables d’état uniformes et constantes.
 

Charbon, pétrole, gaz : c'est le tiercé des sources d'énergie qui assure le confort de l'humanité depuis la fin du XVIIIème siècle. Aujourd'hui encore, 80 % de l'énergie consommée dans le monde provient de ces trois combustibles fossiles. Or, non seulement leur combustion produit des gaz à effet de serre comme le CO2, mais surtout, ils ont tendance à s'épuiser... du fait même qu'ils sont "fossiles" ! En effet, tous trois se sont formés en quelques millions d'années par la décomposition massive d'êtres vivants, végétaux et animaux. La Terre a fait le reste en chauffant et en comprimant cette pâte organique. En clair, même si tous les ingénieurs du monde retroussaient leurs manches, l'homme n'a pas les moyens d'en fabriquer.

Alors, la fin des sources d'énergie fossiles, c'est pour quand ? Peut-être pas pour demain, mais pour... après-demain. L'essentiel des réserves devrait être consommé d'ici une quarantaine d'années pour le pétrole et le gaz. Le charbon pourrait s'en sortir un peu mieux car ses réserves sont estimées à une centaine d'années au rythme actuel de notre consommation. Mais les besoins énormes des pays émergents comme la Chine et l'Inde pourraient faire revoir ces estimations à la baisse. Sans compter qu'il n'est pas certains qu'en Europe et en Amérique du Nord, nous parvenions à maîtriser notre gloutonnerie.


Parts dans les réserves mondiales connues

Avant même que la dernière goutte de pétrole ne finisse dans un moteur - ou dans un bout de plastique -, la raréfaction des ressources nous causera de sérieux ennuis. Tout simplement parce que ce qui est rare devient cher. Or, selon une majorité d'experts, d'ici 2015 au maximum, la production mondiale de pétrole commencera lentement mais sûrement à décliner. Toutes les réserves pétrolières de la planète sont parfaitement connues mais quelques gisements ne sont pas encore exploités. Quand nous commencerons à en extraire le pétrole, leur production compensera un cours temps les manques liés à la fermeture de ceux qui seront épuisés. Mais la demande en pétrole continuant à croître, le tarissement progressif de la totalité des réserves asséchera en deux ou trois décennies la production.