Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

 

    

Quel est le trou le plus profond dans le sol ?

 

 

Tout le monde sait que l'Everest est le toit du monde, mais connaissez-vous le gouffre le plus profond du monde ?
Ce record est actuellement détenu par le réseau de Voronya en Abkhasie, près de la mer Noire. Le point bas extrême atteint est actuellement à - 2158 m de profondeur. Une belle balade en perspective !
Les explorations sont coordonnées par un collectif de spéléologues Russes et Ukrainiens.
National Géographic propose une présentation interactive du réseau faite en mai 2005 (le fond était à -2080 m à cette époque).

En savoir plus

 

Sous les océans, il existe également la Fosse des Mariannes. C'est l'endroit le plus profond de la croûte terrestre, au large de l'île de Guam, dans l'Océan Pacifique. La profondeur de la Fosse est de plus de 11 000 mètres (mais moins de 11 500 m).

La fosse a été étudiée pour la première fois en 1951 par le vaisseau de la Royal Navy Challenger II, qui a donné son nom au point le plus bas de la fosse, Challenger Deep. Sa profondeur a été mesurée par écho sondage, qui a donné comme résultat 10 900 mètres aux coordonnées 11°19′N 142°15′E. En raison de l'extrême profondeur et des différentes thermoclines (voir ci-dessous) traversées par le signal sonore, perturbant ainsi la précision du relevé, les responsables de la Royal Navy ont préféré être prudents lors de leur communiqué officiel, en déclarant la profondeur de 10 863 mètres.

En 1957, le vaisseau de l'Union soviétique Vityaz, annonce que la profondeur maximale de la fosse est de 11 034 mètres. Ce nouveau fond, surnommé Mariana Hollow, n'a jamais pu être redétecté et ne peut donc être considéré comme exact. En 1962, le Spencer F. Baird enregistre 10 915 mètres comme profondeur maximale, suivi en 1984 par des japonais à bord du Takuyo, qui relève une profondeur de 11 040,4. La mesure la plus précise est également d'origine japonaise, grâce à la sonde sous-marine Kaiko, qui le 24 mars 1995 relève une profondeur de 10 911 mètres.

Le 23 janvier 1960, à bord du bathyscaphe Trieste, le suisse Jacques Piccard, fils d' Auguste Piccard l'inventeur du bathyscaphe et le lieutenant américain de l'U.S. Navy Don Walsh, touchent le fond de la fosse à 13h06, après une descente de 4 heures 30 minutes. Les instruments de bords indiquent une profondeur de 11 521 mètres, nombre qui sera par la suite revu à la baisse à 10 916 mètres. À cette profondeur, où la pression est extrême, les deux hommes sont surpris de voir, au milieu du cercle de lumière dessiné par leurs projecteurs, un véritable poisson abyssal ressemblant à une sole d'environ 30 centimètres, ainsi que des crevettes. Aussi à l'aise que leurs cousins du monde lumineux aquatique, ces habitants des abysses sont la preuve que la vie sur Terre ne connaît pas de limite en profondeur.

En ce qui concerne la pression exercée par les tonnes d'eau au dessus, les instruments relèvent 1 086 bars, soit plus de 1 000 fois la pression existante au niveau de la mer.

 

 

Notion de thermocline
La thermocline est une couche de transition thermique rapide entre les eaux superficielles et les eaux profondes.
En effet, dans les mers et océans, presque tous les rayons du soleil frappant la surface sont absorbés par la couche d'eau superficielle qui se réchauffe alors. Le vent et les vagues font circuler cette eau, distribuant la chaleur de manière à peu près uniforme sur les premières dizaines de mètres de profondeur.
Au-dessous de cette couche, la température chute très rapidement, d'environ 20°C. C'est la fine couche de transition entre les deux que l'on appelle thermocline. Sous la thermocline, la température continue de chuter avec la profondeur mais de manière beaucoup moins prononcée. Dans les océans, 90% de l'eau se situe au-dessous de cette thermocline à une température comprise entre 0 et 3°C.
Les plongeurs en tuba, peuvent observer également une thermocline de quelques degrés sur les premiers mètres d'eau principalement en été.
En lac et en étang existe aussi une thermocline. Celle-ci se comporte assez différemment qu'en mer. En effet, on observe, deux fois par an, une inversion de couche entre niveau profond et niveau superficiel. Des micros-courants font couler la couche superficielle au printemps et au début de l'hiver, permettant la survie des poissons près du fond (eau plus fraiche et mieux oxygénée en été, et plus tempérée en hiver).