Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

 

     Le ciel de Dieu

 

 

         La Genèse et le Talmud finirent par imposer la figure d’un dieu créateur même en astronomie .

 

         Avant la diaspora, le peuple hébreu ne cultiva jamais une science astronomique qui lui fût propre . En revanche, il se donna un modèle cosmogonique qui, à travers la Bible, établit la culture religieuse occidentale, désormais fondée sur le monothéisme, qui donna sens et salut à l’existence de l’homme dans l’Univers tout en révoquant la peu digne anarchie de l’Olympe et autres idoles . Ce modèle se base sur le récit de la Création du monde selon la Genèse, le premier livre de l’Ancien Testament (et donc de toute la Bible), rédigé sans doute entre le VIIème et le Vème siècle avant notre ère, et selon le Talmud, écrit un peu plus tard . Même s’ils acquirent les notions d’astronomie mésopotamiennes durant leur exil, les hébreux ne les rapportèrent pas en Palestine, les prêtres les ayant jugées dangereuses . C’est donc le mythe de la Création qui fixe la relation existentielle entre l’homme et la divinité .

         « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre . Or la terre était informe et déserte et les ténèbres régnaient sur l’abîme et l’esprit de Dieu planait sur les eaux . Dieux dit : « Que la lumière soit ! » Et la lumière fut . [...]

Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux et qu’il sépare les eaux d’avec les eaux . » Dieu créa le firmament et sépara les eaux qui sont sous le firmament d’avec les eaux qui sont au-dessus du firmament . Et il en fut ainsi . Et Dieu appela le firmament « Ciel » . [...]

Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel pour séparer le jour de la nuit ; qu’ils servent de signes pour les saisons, les jours et les années, qu’ils soient des luminaires au firmament pour éclairer la terre . » Et il en fut ainsi : Dieu fit les deux luminaires majeurs, le grand luminaire comme puissance du jour et le petit comme puissance de la nuit, et les étoiles . [...]

Et Dieu vit que cela était bon . » (Genèse, 1)

 

         C’est en six jours de création que le monde apparaît, l’homme ayant été créé en dernier à Son image . Notons que dans la Bible, les corps célestes sont des créations secondes de Dieu : en eux-mêmes, ils n’ont pas la capacité d’influencer les destinées du monde, ils forment un cortège dont la beauté exalte la gloire de leur Créateur .

         Selon le Talmud, le cosmos est une sphère fermée par une plaque dans sa partie supérieure ; la Terre occupe la moitié inférieure, avec sa surface à moitié envahie par les mers et une partie intérieure contenant  également de l’eau qui jaillit parfois en sources fluviales ; la Terre repose aussi sur de l’eau sous laquelle se trouve l’abîme . Le rayon du monde est estimé à la distance parcourue pendant un voyage de 500 ans .

         Quand Abraham dit à Dieu avoir lu dans les étoiles qu’il n’aurait pas de fils, Dieu le prit, le souleva et l’amena jusqu’à la voûte céleste puis lui dit : « Tu es un prophète, pas un astrologue . » Cette phrase en dit sans doute long sur les rapports qui, pendant deux millénaires, ont été tissés entre astrologie et religion autour du thème commun du ciel . Ne parlons pas des rapports avec la science ... ou plutôt tentons de le faire .