Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

 

     Platon, philosophe et astronome
 

 

 

 

         Le grand philosophe classique naquit et mourut à Athènes aux Vème et IVème siècles avant Jésus-Christ ; d’après la tradition, son nom aurait été Aristoclès, mais on l’appelait Platon du fait de la largeur de ses épaules ...

 

         Scientifiquement, c’est sans doute le philosophe le plus important de la Grèce Antique, car on lui doit le « Monde des Idées », qui renferme à la fois science et philosophie . Prenons l’exemple de l’égalité : dans la nature, il n’existe rien de strictement égal, donc si l’on sait ce qu’égal signifie, c’est que notre âme dispose spontanément de ce concept, qu’il convient seulement de se remémorer ; mais surtout la réalité n’est que  « participation » instable des formes intelligibles, parfaites et éternelles, rattachées au monde des Idées, et des formes sensibles, sortes d’ombres corruptives et précaires - comme le montre l’Allégorie de la Caverne - .

         Platon fonde son école dans les jardins d’Académos, dédiés au culte des Muses, et où l’on enseignait donc la mathématique et l’astronomie . L’un de ses écrits, le Timée, aborde le problème de la création et de la structure de l’Univers à travers la technique littéraire du dialogue ; ce texte influença énormément la culture du Moyen-Age : d’après Platon, l’Architecte de l’Univers a dû être guidé par la volonté de faire une oeuvre la plus belle et la meilleure possible, et donc unique . Les quatre éléments fondamentaux (l’air, le feu, la terre, l’eau) sont les constituants de tout ce qui existe et sont liés par une même proportion . La forme attribuée à l’Univers est une sphère parfaitement lisse à l’extérieur, soit la plus parfaite des formes géométriques et celle qui est partout la même quel que soit l’endroit d’où on la voie .

         Au centre de l’Univers, l’Architecte a mis l’âme du monde et sa partie la plus solide, à savoir la Terre ; la Lune, le Soleil et les autres planètes tournent autour d’elle .La sphère des étoiles fixes se déplace également car l’action divine ne s’arrête jamais et le ciel doit lui ressembler . Platon remarque en outre que plus l’astre est brillant, plus il se déplace vite : le Soleil met le moins de temps pour faire le tour de la Terre, viennent ensuite la Lune, Vénus, Mercure ... Il pense que les corps célestes sont soutenus par des sphères célestes concentriques invisibles qui les entraînent dans leur rotation . Plusieurs siècles plus tard, cette conception est unanimement reconnue .

                Mais le mouvement réel et visible des astres n’est pas si simple, et Platon admet qu’il est soumis à d’autres lois qu’il n’est pas en mesure d’élaborer : il s’adresse alors à Eudoxe de Cnide son ami qui, au bout de calculs considérables, parvient à créer un système homocentrique d’un degré d’approximation appréciable . Ce système est d’ailleurs repris et perfectionné par Aristarque de Samos qui crée un système héliocentrique au IIIème siècle avant notre ère .

         L’oeuvre de Platon constitue la rampe de lancement de l’astronomie arabe et occidentale, qui paradoxalement ne s’intéressèrent pas à l’astronomie babylonienne même si les Chaldéens avait atteint une précision de prévision beaucoup plus grande . C’est que les Chaldéens sont souciaient bien peu de construire de pures théories et des modèles abstraits fondés sur des concepts aussi discutables que l’harmonie naturelle des figures géométriques comme le cercle ou la sphère : le modèle platonicien était tout sauf réaliste, mais on fit d’abord confiance à la théorie, ce que les astronomes de la Renaissance comprirent et corrigèrent .