Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

 

     Classe de Terminale S (jusqu'à 2012)

                                                                        vers le nouveau programme

 

Physique Chimie Pour le "cahier de Textes", se reporter à l'onglet Vie Scolaire (Pronote) de l'ENT


            Conseils

 

            ► Annales du baccalauréat

 


Les lignes directrices du programme

 

Le programme de Sciences Physiques et Chimiques de Terminale S a pour trame l'évolution temporelle des systèmes.

Sur le plan expérimental, observer une évolution c’est mesurer le taux de variation de certaines grandeurs physiques. Qu’il s’agisse de la propagation d’une perturbation dans un milieu, du taux de désintégration d’un noyau radioactif, de l’établissement du courant dans un circuit électrique, du mouvement d’un mobile ou d’un satellite, c’est à des taux de variation que l’on s’intéresse. L’accélération d’un mobile, notion nouvelle pour les élèves dans le cours de physique, est également un taux de variation, si on la comprend comme la vitesse de la vitesse. On s’interrogera sur les paramètres qui pilotent ces évolutions.

Du point de vue théorique, un taux de variation instantané est représenté par une dérivée, notion introduite dans le cours de mathématiques en classe de première S. Etudier les variations temporelles nécessite d’introduire la variable temps dans le formalisme. Le temps, disait Henri Poincaré s’interrogeant sur sa nature, est défini de sorte que les équations de la mécanique soient aussi simples que possible. S’interroger sur les paramètres qui influent sur la dérivée d’une grandeur physique, c’est chercher à établir une équation différentielle. La résoudre permet d’anticiper l’évolution d’un système. La mise en place d’une méthode numérique itérative permet de mieux ancrer l’idée du déterminisme et de la causalité : l’état d’un système à un instant donné dépend de son état aux instants antérieurs et des actions qui s’exercent sur lui.

Ainsi, au cours de leur dernière année de lycée, les élèves ont pour la première fois la possibilité de toucher du doigt le double mouvement de l’activité scientifique dans le domaine de la physique : confronter les prédictions d’un modèle théorique à des résultats expérimentaux, utiliser des résultats expérimentaux pour affiner un modèle théorique.

 

En classe de seconde les élèves terminent l’année en découvrant le concept de transformation chimique au cours de laquelle la composition chimique d’un système évolue entre un état initial et un état final. L’outil avancement est fourni pour déterminer quantitativement la composition finale du système à partir de sa composition initiale et de l’équation de la réaction chimique associée à la transformation observée.

En classe de première, le programme invite l’élève à découvrir deux activités fondamentales du chimiste : mesurer des quantités de matière et créer de nouvelles molécules à la lumière des relations existant entre la structure moléculaire d’une entité chimique et ses propriétés réactives. Le choix a été fait de prendre les exemples dans le domaine de la chimie organique.
Jusqu’en fin de classe de première, l’aspect temporel des transformations n’apparaît pas encore, et les transformations considérées s’achèvent lorsque l’un des réactifs est épuisé : les élèves perçoivent les transformations chimiques comme rapides et totales.
En classe terminale, les transformations chimiques sont abordées dans leur généralité. Dans toute application pratique de la chimie (extraction de matières premières, élaboration de nouveaux matériaux de toute nature, synthèse de médicaments), la question de l’état final d’une transformation et du temps caractéristique d’accès à cet état final est cruciale. Le fil directeur de l’enseignement de tronc commun - l’évolution des systèmes - peut se décliner en chimie en quatre questions :
A - La transformation d’un système chimique est-elle toujours rapide ?
B - La transformation d’un système chimique est-elle toujours totale ?
C - Le sens spontané d’évolution d’un système chimique est-il prévisible ? Ce sens peut-il être inversé ?
D - Comment peut-on contrôler les transformations de la matière ?