Utiliser l’IA pour détecter la démence à un stade précoce

Utiliser l’IA pour détecter la démence à un stade précoce

16 août 2021 2 Par Laura S.

L’intelligence artificielle (IA) peut aider à prédire la démence avant même que les premiers symptômes graves ne commencent à apparaître. C’est ce qu’affirment des chercheurs de l’Université de Cambridge et de l’Institut Alan Turing dans une récente.

Comme c’est toujours le cas avec l’IA, ou l’apprentissage automatique, il faut une quantité considérable de données pour reconnaître certains modèles. L’étude de Cambridge a impliqué un groupe de 80 personnes qui présentaient des symptômes légers de perte de mémoire ou d’autres problèmes cognitifs, bien qu’aucun symptôme de la maladie d’Alzheimer ne se soit encore manifesté.

Scanners du cerveau

Ils ont réussi à trouver des patients qui ne présentaient pas de symptômes graves, mais qui ont développé la maladie d’Alzheimer plus tard, explique Zoe Kourtzi, chef de projet et professeur à l’université.

Voici une vidéo en anglais relatant ces recherches :

En s’appuyant sur des scans et des tests de mémoire réguliers sur les patients, l’IA a pu rechercher des similitudes structurelles dans les scans cérébraux. À partir de là, un algorithme a été déployé qui, selon Kourtzi, pourrait être utilisé à l’avenir avec d’autres patients potentiels atteints de la maladie d’Alzheimer.

Matière grise

L’IA a été principalement utilisée pour examiner des schémas récurrents dans la disparition de ce qu’on appelle la matière grise dans le cerveau. Cette matière grise est responsable du traitement de l’information. Une prochaine étape sur laquelle on travaille actuellement consiste à faire en sorte que l’algorithme différencie les différentes formes de démence. Pour ce faire, l’étude est maintenant élargie à un groupe de personnes beaucoup plus large.

Il n’existe pas encore de médicaments efficaces pour la maladie d’Alzheimer ou la démence. Mais plusieurs méthodes pour ralentir la maladie existent. C’est pourquoi il est important de poser le diagnostic le plus tôt possible afin que des mesures puissent être prises à temps.

La gène d’Alzheimer affecte le cerveau même à un jeune âge

Malgré des années de recherche intensive, les raisons pour lesquelles les gens souffrent de démence d’Alzheimer à un âge avancé sont encore largement inconnues. Les médecins soupçonnent qu’une combinaison de mode de vie, de facteurs externes et de risques génétiques en sont les causes probables. Le facteur de risque génétique le plus important est attribuable aux mutations héréditaires affectant le gène APOE dont l’« Apolipoprotéine E » (APOE) a besoin pour fonctionner.

Cette dernière est une protéine essentielle au métabolisme des graisses et aux cellules nerveuses. Trois variantes de ce gène APOE sont connues pour exister. Selon les scientifiques, la forme la plus courante est une indication de risque moyen de maladie d’Alzheimer. L’une des deux variantes les plus rares indique un risque accru, tandis que l’autre, un risque réduit.