Le Repaire des Sciences
Sciences Physiques et Chimiques

 

 

 

 

     Classe de Première S    programme 2011

 

Pour bien entamer l'année : révisons le programme de Seconde !

Manuel utilisé : Hatier MicroMéga sep. 2011 - ISBN 978-2-218-95384-2

 

Première Partie : Observer
Seconde Partie : Comprendre
Troisième Partie : Agir

Pour le "cahier de Textes", se reporter à l'onglet Vie Scolaire (Pronote) de l'ENT   Cet outil ne remplace pas votre agenda personnel !!
Les corrigés sont disponibles dans votre cours Moodle de l'ENT.


            Conseils et méthode

 

 


Les lignes directrices du programme

 

A propos des contenus

La partie visible du spectre électromagnétique constitue la source des phénomènes physiques les plus immédiatement perceptibles par l'Homme : plus spécifiquement, le programme de Première S s'intéresse à la notion de couleur. Phénomène physiologique lié à l'oeil, l'étude des sources de lumière permet également une explication physique de la couleur ; en amassant les connaissances, l'Homme a appris à isoler puis à créer des matières colorées.

A tous ses niveaux d'organisation, la matière manifeste une cohésion fondée sur l'existence d'interactions fondamentales dont les propriétés expliquent cette stabilité des structures, des états physiques et des édifices chimiques à différentes échelles de la matière, des particules subatoiques aux amas de galaxies. Cette stabilité cesse en raison des échanges et des transformations d'énergie responsables des changements d'état, des réactions nucléaires et des réactions chimiques. A ces interactions peuvent être associés des champs et des forces. Au sein de tous ces phénomènes est présente cette grandeur essentielle et seulement perceptible par ses effets : l'énergie. Dans le cadre de l'étude d'un réel en perpétuelle évolution, l'affirmation du principe de conservation de l'énergie s'avère être un outil puissant et universel d'explication des phénomènes, d'anticipation et de découvertes.

 

Sur la démarche

Dans une société où des informations de tous ordres arrivent dans l’immédiateté et de toutes parts, la priorité est donnée à la formation des esprits pour transformer cette information en une connaissance.

Deux compétences occupent une place centrale en cycle terminal : « extraire » et « exploiter » des informations.
Les activités proposées au sujet de la compétence « extraire » et les connaissances acquises doivent conduire à s’interroger de manière critique sur la valeur scientifique des informations, sur la pertinence de leur prise en compte, et à choisir de façon argumentée ce qui est à retenir dans des ensembles où l’information est souvent surabondante et parfois erronée, où la connaissance objective et rationnelle doit être distinguée de l’opinion et de la croyance.

Les supports d’informations proposés seront multiples et diversifiés : textes de vulgarisation et textes scientifiques en français et éventuellement en langue étrangère, tableaux de données, constructions graphiques, vidéos, signaux délivrés par des capteurs, spectres, modèles moléculaires, expériences réalisées ou simulées, etc.
L’exploitation sera conduite en passant par l’étape d’identification des grandeurs physiques ou chimiques pertinentes et par celle de modélisation. Cette formalisation pourra conduire à l’établissement des équations du modèle puis à leur traitement mathématique, numérique ou graphique.
On est ainsi amené à raisonner avec méthode et à mettre en œuvre avec rigueur l’ensemble des étapes qui lui permettent de trouver la ou les solution(s) au problème posé. Le recours à des outils mathématiques n’est pas le but premier de la formation de l’élève en physique-chimie, même si cela peut être parfois nécessaire pour conduire une étude à son terme. Dans certains cas, on utilisera des méthodes de résolutions graphique ou numérique, pratiques de plus en plus fréquentes en raison de la complexité des systèmes étudiés. Ce sera aussi l’occasion de souligner que les travaux de recherche sont souvent conduits par des équipes pluridisciplinaires.

L’emploi d'exploitations qualitatives conduites avec rigueur s’avère particulièrement opportun dans le cas où elles permettent de dégager directement le sens de l’étude que pourrait masquer un développement calculatoire. Ainsi, l’analyse dimensionnelle, l’examen préalable des différents phénomènes en cause, la comparaison d’ordres de grandeur peuvent permettre une simplification efficace du cadre conceptuel de la situation et fournir une résolution élégante, rapide, à un problème a priori complexe.
Se familiariser ainsi à pratiquer des raisonnements qualitatifs, à savoir faire de la physique et de la chimie « avec les mains », c’est aussi s'habituer à savoir communiquer en tant que scientifique avec des non-scientifiques.
Le résultat obtenu à l’issue d’une démarche de résolution sera l’objet d’une attention particulière. L’analyse critique d’un résultat permet en effet de lui donner davantage de sens, notamment lorsque l’on compare les effets attendus résultant de la modification d’un paramètre et ceux effectivement observés. L’exploitation d’un résultat apparaît comme un moyen de validation des hypothèses faites lors de la modélisation mais aussi comme le point de départ d’un réinvestissement : il s’agit de la charnière entre les démarches « comprendre » et « agir » que soulignent les programmes.

Les compétences évaluées en fin de cycle terminal à l’occasion des épreuves du baccalauréat porteront principalement sur le programme de terminale sans exclure celles des programmes des classes de seconde et de première, notamment celles de nature expérimentale.
Tout en poursuivant l’effort en cours de contextualisation de leur problématique, ces épreuves mettront ainsi l’accent sur l’acquisition de la méthodologie scientifique. Pour les élèves de terminale, le baccalauréat n’est pas en effet une fin en soi, mais une étape, destinée à préparer les élèves aux études supérieures, en accompagnant et prolongeant la formation des esprits à la démarche scientifique.
L’accent mis sur la méthodologie aura aussi notamment pour conséquence que les épreuves d’évaluation fourniront tous les éléments de savoir (formules, propriétés, données physicochimiques, schémas, etc.) nécessaires à leur résolution si cette dernière implique la mise en œuvre de compétences non exigibles.
Les programmes de cycle terminal de la série scientifique s’articulent autour des grandes phases de la démarche scientifique : observer, comprendre, agir et s’appuient sur des entrées porteuses et modernes introduites à partir de questionnements.